Pages

lundi 30 avril 2012

Quelques enseignements du premier tour de la présidentielle : du court terme aux débats incontournables

Voici une analyse très pertinente comme toujours de nos amis de Respublica. Il est toujours essentiel de bien tirer les enseignements d'une élection pour appréhender dans les objectifs futurs. Bonne lecture!

Quelques enseignements du premier tour de la présidentielle : du court terme aux débats incontournables

dimanche 29 avril 2012

Réponse à Un Monde d'Avance sur le 1er tour

Je vous remercie de m'avoir envoyer cette analyse qui va nous permettre de dialoguer directement sur l'issue de ce premier tour. Je précise que je ne suis plus membre du P.S depuis 2008 et que j'ai également quitté (provisoirement?) le P.G en 2009 ou j'étais membre du C.N et co-responsable de la commission culture. Je suis par contre toujours syndiqué de la Fédération Spectacle CGT. J'ai d'ailleurs collaboré à l'élaboration du projet culturel du Front de Gauche. Ceci étant dit, revenons à ce qui nous préoccupent à savoir de bien tirer les enseignements de ce premier tour de l'élection.

Les forces à l'issue de ce premier tour


Je partage en partie votre analyse sur le fait qu'un candidat de gauche arrive en tête d'une élection présidentielle est exceptionnel. Mais et cela ne vous surprendra pas je suis plus réservé sur l'analyse de la composition des groupes politique, de la Gauche dans son ensemble et du score du Front de Gauche en particulier. Quand vous dites : « Le premier tour de l’élection présidentielle de 2012 permet d’identifier trois blocs politiques assez homogènes : 
 un bloc de gauche PS – Front de gauche avec une forte porosité entre les électorats (cf. les reports de voix prévus pour le second tour) » je pense que le bloc de gauche-P.S/Front de Gauche n'est pas aussi homogène que vous voulez bien le penser. D'abord le terme de porosité me semble inapproprié. Il sous entends que le vote Front de Gauche ne serait finalement qu'un vote de révolte mais qu'il n'y aurait pas chez ces électeurs d'adhésion aux programme que nous avons développé tout au long de cette campagne. Je pense que vous faites là une première erreur, la seconde est dans ce que dit, même s'il est plus bas que ce que l'on pouvait espérer, ce score à deux chiffres témoigne de la création d'un nouveau courant de pensée qui ne ressemble pas à ce que la gauche non socialiste à connue depuis la seconde guerre mondiale. Mais j'y reviendrais plus avant.

Qui a voté pour nous et dans quelles proportions?


1er tour à Commensacq. Landes (40)
Sur les catégories sociales ce qui est intéressant c'est de voir qu'il est composé très majoritairement d'actifs. Il réalise de bon score quand même chez les employés et les ouvriers. (12% à14%°) Ce qui tends à prouver que la stratégie que nous avons mise en place d'affrontement avec l'idéologie d'extrême-droite de Marine Le Pen à finit par être relativement entendu par une partie des classes populaires qui ont voté Jean-luc Mélenchon à un niveau légèrement supérieur à la moyenne nationale. Il ne faut pas oublier qu'au début de la campagne on nous donnait à 3% ou 4% dans les sondages. Nous avons commencé à progresser vers la fin novembre début décembre. Nous partions de très loin en terme de notoriété et les médias ne nous on pas non plus favorisé la tâche.

Il y a eu également une proportion non négligeable de CSP+, catégorie qui a priori n'étaient pas acquises à notre cause et qui ont voté pour nous avec 11%. Chez les professions intermédiaires il obtient 14%.
Enfin et surtout, l'électorat des jeunes a été très présent dans le vote et la campagne. Parmi les 18/24 ans il réalise son meilleur score avec 16% des suffrages, soit un score supérieur de 5 pt. A sa moyenne ntionale. Alors que c'est certainement cette catégorie qui semblait la moins mobilisé par la campagne. Il a réussi à capter « le vote jeune ».
Bien-sûr, ce vote en particulier est fragile et très volatile. Mais il set également porteur d'espoir pour ce que nous sommes en train de construire et qui est en devenir. A nous maintenant d'imaginer des moyens et des formes nouvelles d'intégrations de ces militants dans les mois à venir.

La bataille du Front de Gauche face à la Peste brune


Dire que nous avons échoué à contenir le vote Le Pen c'est facile, mais si nous n'avions pas mener cette bataille, son score aurait été sans doute plus important.
En tous cas, ce n'est sûrement pas le P.S et ses médias (l'Obs en particulier) qui ont briller ces dernières années pour mener ce combat.
On lache rien!

Il nous faut dès maintenant dans cet entre-deux tour de l'élection battre Nicolas Sarkozy pour ensuite lors des Législatives permettre la constitution d'un groupe parlementaire qui pèsera pour redonner à nos concitoyens l'espoir d'un monde meilleur et de passer à la VI République.

Un mouvement nouveau est en marche


L'arrivée du Front de Gauche dans le paysage politique et son score 11,11% n'est que le début d'un travail de reconquête idéologique. Nous sommes encore jeune et il y a peu de mouvements politiques dans l'histoire qui ont en à peine plus de trois ans réalisé la percée et l'engouement que nous venons d’effectuer lors de cette campagne. Il suffit de regarder notre progression depuis les européennes de 2008 et les scrutins intermédiaires avant la présidentielle pour constater l'ancrage à chaque plus grand et plus solide chez nos concityens.

jeudi 12 avril 2012

Raymond Samuel dit Aubrac,un resistant nous a quitté



"Les jeunes d'aujourd'hui ne sont pas différents de ceux d'hier: ils refusent les injsutices"

Raymond Aubrac est décédé hier. Pour moi qui suis pupille de la nation, fils d'ancien résistant s'est un jour triste. Je pense que cette figure historique de la résistance avec sa femme partie un peu plus tôt, c'est une page de l'histoire de notre pays qui se tourne. 
Dommage qu'il n'est pas vu la soirée qui s'annonce le 22 avril prochain. Ces combattants de la liberté qui ont été des chevilles ouvrières de l'élaboration du programme du Conseil National de la Résistance et ont toujours veillé, particulièrement ces dernières années, à ce que cet héritage de nos anciens ne soient pas dévoyer. Cette volonté de ne jamais abdiquer devant l'injustice et les manquements aux libertés publiques furent de tout les instants leurs préoccupations. De grands résistants nous ont laissé le flambeau. A nous de nous montrer digne de et héritage.